14 juin 2008

Le troisième type

Bien qu'elle paraisse évidente la distinction homme/femme n'a rien de naturelle. Il existe un nombre considérable d'individus dont l'identité sexuelle est indéterminée. Ils ne sont, dès la naissance; ni hommes, ni femmes.

Ces individus sont victimes d'exclusion sociale depuis la nuit des temps (et encore plus depuis l'avènement de la psychiatrie moderne et de la psychanalyse) car ils remettent en question la seule certitude qui nous paraisse acquise : un homme est un homme; une femme, une femme.

Les différentes formes d'ambiguïtés sont les suivantes :

Hermaphrodisme vrai (50 000 individus dans le monde) : présence simultanée d'un pénis, d'une prostate, d'un vagin et d'un utérus.
Hommes Kalleman (6000 naissances par an) : micro-pénis, voix féminine , seins
Femmes Kalleman (1200 naissances par an) : cariotype X, femmes très viriles
Homme klinefelter (100 000 naissances par an) : XXY. Seins, peu de pilosité, testicules minuscules
Pseudohermaphrodisme masculin (60000 naissances par an) : XY mais aspect complètement féminin
Pseudohermaphrodisme féminin (20000 naissances par an) : XX mais clitoris surdimensionné ou micropénis

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Je serais curieux de savoir combien de temps dans une vie on agit spécifiquement en fonction de son sexe ? 99% pour Freud ?, mais la meilleure façon d'utiliser Freud est de penser exactement le contraire... cela donne 1%, ... et c'est déjà pas mal de sexe : 8000 heures pour une vie de 90 ans (durées en constante augmentation)

Petit futé a dit…

Quel rapport avec l'intersexuation ?

Anonyme a dit…

Quel rapport ?

j'ai la vague impression de déranger, est-il interdit de parler d'un sujet sérieux sans se prendre au sérieux ?

en fait je ne méconnais pas le fait de situations d'intersexuation (comme tu dis, mais je ne connaissais pas le terme, et il n'est pas dans mon 'Robert'). Je suis bien d'accord que ces situations existent et qu'elles sont connues depuis toujours.

Par exemple, je sais (grâce à Fellini,d'ailleurs) que dans le Satiricon, Petrone mentionne un hermaphrodite considéré, à cause de sa particularité comme un demi-dieu, ou que Pline relate un chef d'oeuvre en bronze de la main de Polyclète, représentant aussi un hermaphrodite, modèle ayant inspiré beaucoup d'artistes, dont l'un nous a légué la fameuse sculture qui est au Louvre.

En fait je crois que, par mon commentaire, sans idée précise à priori, je réagissais à ta tournure 'évènementielle' du sujet, j'ai eu l'impression qu'elle était excessive, en l'occurence.

Ceci dit tu as raison d'observer qu'à notre époque, on en parle très peu (compte tenu des statistiques que tu produis), et ce serait intéressant de rechercher pourquoi.

Anonyme a dit…

En parler, ou ne pas en parler (publiquement, s'entend) ? là est la question, ça devrait dépendre de la vision qu'on a : est ce qu'on considère la chose plutôt comme un problème personnel, relevant du rapport confidentiel avec un médecin, ou comme un problème social, pour lequel tout un chacun ayant une parcelle de responsabilité, il devient légitime d'instaurer information, débats, et même approches politiques.

Si l'on considère qu'il y a désavantage injuste ou oppression d'une catégorie de personnes, c'est cette dernière voie qui s'impose, mais en l'occurence est-ce le cas ??

Petit futé a dit…

Cherche bien dans toutes tes connaissances, il y a forcément un ou plusieurs intersexués. Le problème est que ces choses là sont cachées (1er scandale). Le problème est que l'on opère des nourissons en parfaite santé pour les réassigner sexuellement (2e scandale).

Merci pour tes commentaites, tu ne déranges pas du tout, au contraire ;-)

mr. books a dit…

l'intersexuation est loin d'etre la seule à remettre en cause l'évidente distinction des sexes dont tu parles, il en est de même dans le cas du transsexualisme - bien qu'il n'y ait aucun "symptome" physique.

Nina a dit…

Je connais un bon psy les amis.
L'analyse sémantique complète de votre blog "Petit futé" montre à l'évidence une tendance paranoïaque marquée. Vivez avec ouverture et confiance mon ami! (et arrêtez de regarder les X-files lol )

Petit futé a dit…

Je ne sais pas ce que c'est que les "x files", mais je serais ravi de l'apprendre. Sinon, merci d'étayer tes affirmations par des arguments ("à l'évidence", ça ne vaut rien dire).

Mon blog ne nécessite pas d'analyse sémantiques, les mots employés ne souffrant pas d'ambiguité, au contraire.
Alors, j'attends vos arguments : d'accord, pas d'accord et avec quoi.

Anonyme a dit…

Pour Nina...

Est-ce que ce n'est pas un pseudo qui conviendrait, dans un roman genre James Bond, à un agent du KGB ? !!

Je dis ça parce qu'à l'époque, les 'rouges' trouvaient malin d'enfermer en hopital psychaiatrique les contestataires et autres suspects plus ou moins mal alignés....

Et je trouve que vous dégainez trop vite les invectives du genre "tendance à la paranoïa", ou "besoin de psy"... à moins que tout cela ne doive être pris au second degré... j'aimerais mieux.

Anonyme a dit…

Sur ce sujet, je trouve très pertinent l'article de J.L Jeannelle (Le Monde des livres):

"...en France, les réflexions pseudo-anthropologiques ou psychanalysantes obstruent trop souvent les débats sur les identités sexuelles... la nature a bon dos, les propos qu'on tient en son nom ne sont qu'une manière de justifier un ensemble de règles sociales... dont l'oppresion sexuelle est une conséquence directe..."

"...Pierre Bourdieu et Michel Foucault s'imposent comme la référence de la réflexion sur le caractère relatif de nos identités sexuées..."

Anonyme a dit…

Salut terriens,

Je ne connais pas Bourdieu ni Foucault, ils ne sont pas édités sur ma planète, pas plus que BHL ou son ami avec le quel il échange des correspondances qu'il pense si profitables... (à leur propos, il vaut mieux que vous gardiez vos clowns sur terre, le cirque Hipparque n'a pas besoin de 2 clowns, donc... ils ne peuvent pas faire l'affaire (ni dans la lune, ni à fortiori ailleurs dans l'univers))

Mais je vous signale que d'autres espèces que la votre, qui vivent sur votre planète, sont aussi confrontées avec ce problème : sex or not sex ??? Si vous l'ignorez, c'est que vous devriez lire mieux et plus souvent : par exemple, 10% des espèces de poissons sont naturellement hermaphrodites et peuvent changer de sexe, généralement pour remplacer, en cas de dispatition le reproducteur ou la reproductrice dominants de la communauté (le Monde 6/11/08), et pour les 90% autres il a été démontré que des facteurs environnementaux peuvent altérer la détermination sexuelle congénitale, et créer des inversions de sexe aquatiques.
Alors, ... Où est le problème ??

Maxime-Henri a dit…

Salut à tous,

Et alors quoi? Je ne vois pas comment être d'accord ou pas d'accord... la seule question pertinente à se poser est de savoir quelles sont les causes de ces "dérèglements" génétiques et leur remède. Et bien que l'hermaphrodisme soit a priori naturel, il faut bien le considérer comme un handicap. Seulement d'après les chiffres mentionnés, il ne semble pas que ce soit un grave et imminent problème de santé publique...
Ceci dit en dehors de ça je trouve cet article intéressant=)

Petit futé a dit…

Il n'y a aucun déreglement. Les hermas n'ont aucun problème de santé, ni mentale, ni physique.

Les tests de QI donnent une moyenne de 130 pour les filles masculines et de 110 pour les garçons effeminés.